Ah, la belle langue de Molière !

© www.ohazar.com

« Dans mon pays, les gens pensent que leur langue rayonne sur le monde tel un petit soleil ... Une académie nationale peuplée d’immortels y a pour mission de rendre la langue pure ! »(1) Expliquez cela à un étranger, et vous pourriez déclencher quelque hilarité. C’est que l’universalité de la langue française est un concept très... franco-français !

Au XVIIIe siècle, la géopolitique établit le français comme langue internationale. Certains philosophes des Lumières défendent alors l’hypothèse qu’il porte en lui une qualité justifiant cette suprématie. Diderot, dans sa Lettre sur les sourds et muets, avance que cette langue est unique dans sa clarté d’expression parce qu’elle impose au sujet une place préverbale. Dans son Discours sur l'universalité de la langue française, Rivarol développe et argumente : « son allure est plus mâle » que l’italien.

Scientifiquement infondée mais intimement liée à la construction identitaire française, cette hypothèse resurgit régulièrement, tous bords politiques confondus. Ainsi Maurice Druon, ancien ministre et secrétaire perpétuel de l'Académie française, affirme en 1988 dans un discours sur la francophonie : « Le français est la langue la plus claire et la plus précise. Il en est de plus poétiques, de plus brèves, de mieux adaptées au commerce ou au voyage aérien. Mais pour la rédaction des traités, pour la définition de la morale, pour l'exactitude des contrats, il n'y a pas, à l'heure actuelle, de langue universelle plus adéquate que le français ».

Platon, Kant et Confucius en rigolent encore... dans leurs langues respectives. Dans les faits, les positions relatives du verbe et du sujet n’ont pas d’impact sur la bonne compréhension des locuteurs dès lors que ces derniers parlent la même langue. Le français est la langue la plus claire et la plus précise pour toute personne dont il est la langue maternelle, et cette équation vaut également pour le swahili, le poitevin ou l’azerbaïdjanais !

(1) Jean-Claude Jacq, secrétaire général de l’Alliance française, dans Valeurs Actuelles, 26 mars 2009


Mélanie JOUITTEAU, chargée de recherche CNRS au Laboratoire de linguistique formelle (CNRS/Université Paris 7)

Trop, c'est trop !

© Fotolia.com / Klaus Eppele

"Trop fort ! » ; « Ouais, trop beau ! » Combien de fois ces expressions ont-elles fusé devant un roi du skate ou une pizza fumante ? Être « trop » est assez facile aujourd’hui ; il suffit de marcher dans la rue ou de déambuler dans une cour de récréation pour entendre cet adverbe intensif utilisé comme une virgule dans une phrase de Proust. Après « c’est clair » ou « le top du top », « trop » est devenu le nouvel idiotisme à la mode.

En plus d’être trop fort, trop bon, trop top, trop tout, nous voyons le bonheur partout : « C’est que du bonheur ! » assène Arthur devant des boîtes à paillettes ; Madame X a gagné un four à micro-ondes sur Radio Gaga et, pour elle aussi, « c’est rien que du bonheur ! ». La beauté du monde filmée par Yann Arthus-Bertrand, la bonne réponse à Qui veut gagner des millions ? ou la tarte de Mamie, tout est mis sur un même plan. L’échelle des sentiments est ainsi réduite à une seule émotion, qui plus est fugace car morte aussitôt qu’exprimée. Il faut alors renouveler sans cesse les sources de ce bonheur illusoire.

Ce manque de nuances du langage reflète sans doute un manque de nuances de la société : l’excès devient la norme et la recherche perpétuelle du plus transparaît dans ces expressions hyperboliques. Loin du « plus fort, plus haut, plus vite » plein d’espérance de Pierre de Coubertin, nous semblons n’avoir gardé que le « plus fort »

Christine ROUSSEAU, doctorante à l’Université Stendhal de Grenoble et enseignante en français au collège R.-G. Cadou d’Ancenis

Sous le signe, la langue

« Je t'aime », en langue des signes © Fotolia.com / sparkia

Quand les signes remplacent les mots, peut-on parler de langue ? Cette question a longtemps animé des débats politiques et linguistiques.

En 1880, lors du congrès de Milan destiné à améliorer l’éducation des sourds, la langue des signes, alors nommée « mimique » en référence à sa nature gestuelle, est bannie des écoles de France au profit de la « méthode orale », qui force les sourds à apprendre à parler sans entendre. Ces derniers s’en trouvent davantage isolés ; la langue des signes française (LSF) marque le pas, survivant localement avec des variantes, tandis que d’autres pays développent des langues qui leur sont propres, comme aux États-Unis où l’American Sign Language s’inspire de la LSF.

Puis « la révolution de 1968 profite à la communauté des sourds de France, qui obtient enfin un large accès à l’éducation en langue des signes et à la culture, notamment via l’adaptation de la télévision et d’oeuvres théâtrales », souligne Benoît Blandin, formateur en LSF à l’Institut nantais de la Persagotière. À mesure que se multiplient les échanges entre les sourds, la LSF s’enrichit de signes inventés notamment par ceux qui entreprennent de longues études ; une culture spécifique se développe dans la communauté. Il faut cependant attendre 2005 pour qu’une loi mette fin à l'obligation de la méthode orale en France et que la langue des signes soit considérée au même titre que la langue française.

Or, contrairement à cette dernière, les nouveautés de la LSF ne sont pas soumises à des arbitrages comme ceux de l’Académie française ou de la Commission générale de terminologie et de néologie : elles s’installent librement, au gré des besoins. « Un biologiste sourd travaillant sur le clonage à l’Université de Nantes peut inventer un signe relatif à cette technique afin de pouvoir échanger avec un autre sourd à propos de son travail, ajoute Benoît. Ce signe existe tant que ces deux personnes l’utilisent ; si un autre signe est inventé ailleurs dans le même but, ils coexisteront jusqu’à ce que leurs usagers se rencontrent et n’en retiennent qu’un »

Langues et cité, bulletin de l’observatoire des pratiques linguistiques

Julie DANET

Do U spik SMS ?

© Quentin Friess et Julie Danet

Recourant à des astuces phonétiques comme a2m1 pour écrire à demain, le langage SMS (Short Message Service) est une écriture qui minimise la longueur des messages. Est-il la source d’un irrémédiable appauvrissement du vocabulaire ? S’agit-il seulement d’une démarche pragmatique (écrire vite, dépenser moins), ludique et créative ? Faut-il y voir un vernaculaire ou sociolecte (langage propre à une communauté) d’ados pouvant grâce à lui mieux s’émanciper dans un monde d’adultes conservateurs ? Sans précédent historique pour étayer l’hypothèse d’une grande menace pesant sur nos capacités langagières, on peut favoriser celle d’un enrichissement de la langue du même ordre que l’apparition d’acronymes (comme sida), d’aphérèses (ricain) et autres apocopes (ado), des raccourcis souvent vite validés par Messires Robert et Larousse.

Les sociolinguistes, penchés depuis peu sur cette problématique(1), ne manqueront pas de nous livrer leurs conclusions. En attendant celles-ci, arrêtons-nous sur l’objectif du Comité de lutte contre le langage SMS et les fautes volontaires sur Internet(2) : « ne pas avoir à subir le langage SMS sur Internet » afin que ce dernier soit « plus propre, plus lisible, et plus agréable pour tout le monde ». Prôner un tel nettoyage du langage ou vouloir brider son évolution ont des accents de douce illusion (sans parler de despotisme). Il convient cependant de veiller à ce que chacun puisse se faire comprendre du plus grand nombre et s’exprimer finement. à cette fin, peut-être faudrait-il en effet ne pas laisser carte blanche aux jeunes artistes du SMS partout ailleurs que sur des claviers téléphoniques à peine plus gros que leur doigt.

(1) cf. par exemple ''Le langage SMS'', par C. Fairon et al. (UCL, 2006),

(2) http://sms.informatiquefrance.com

O.N.d.S.

De Tokyo à Paname

© www.ohazar.com

Au sein du projet de recherche franco-japonais Sakura, qui vise à faciliter les coopérations des scientifiques français et japonais, nous étudions l’impact linguistique d’un séjour d’un mois en France chez des étudiants inscrits dans une filière de langue et littérature françaises à Tokyo. Nous observons aussi un groupe témoin d’étudiants du même cursus qui restent au Japon durant cette période. Avant et après le séjour, nous proposons aux deux groupes des activités orales et écrites (questionnaire sur le lexique et la grammaire, récit d’une BD ou d’un extrait de film, entretien individuel), puis nous analysons et comparons leurs productions respectives.

Les premiers résultats montrent que le séjour profite surtout aux étudiants dont le niveau de maîtrise du français est le plus faible. D’une part, ces étudiants se mettent à parler français. Par exemple, avant le séjour, Moe n’arrivait pas à décrire une scène de BD dans laquelle un chat disparaît ; elle y parvient à son retour : « Où est ce qu’il y a un chat ? Ah il dit où est-ce qu’il y a un chat ? » En revanche, les étudiants plus avancés que Moe, qui employaient avant le séjour une négation (« La garçon regardé le chat mais il n’y a pas chat. ») ou un passé composé (« Le garçon regardé pas le chat è le chat est dipsalu. »), emploient les mêmes moyens après le séjour. D’autre part, les étudiants les moins avancés s’approprient davantage les formules contractées et les subtilités de l’oral :
– Vous aviez quel manuel ? demande l’enquêteur
– Euh... ch’ais pas, répond Moe.
La majorité des autres étudiants conservent au contraire un langage plus normé (« Je ne sais pas »). Aussi vaut-il mieux ne pas tenir pour systématiques, parmi les bénéfices d'une immersion dans un pays dont on apprend la langue, ceux qui portent sur les compétences linguistiques scolaires.

Cyrille GRANGET, Maître de conférences à l’Institut de recherche et de formation en français langue étrangère, chercheuse au Lling, Laboratoire de linguistique de l’Université de Nantes

DOSSIER
Des langues très vivantes

 Brèves linguistiques

par les auteurs des brèves

Têtes chercheuses ©2007 | mentions légales | contactez nous | page d'accueil | Réalisation : Intelliance 2007