DOSSIER
Vie sociale, vie sexuelle

Sociologie clinique de l'homoparentalité

Être homosexuel et parent

Emmanuel GRATTON, Maître de conférences à l’Université d’Angers, chercheur associé à l'Institut international de sociologie clinique
© Fancy images / www.fotosearch.com

L’homoparentalité, dont la visibilité s’est récemment accrue, fait débat dans notre société. Les études scientifiques permettent de bien cerner les représentations sociales et les positions morales dont elle fait l’objet ; elles cherchent aussi à connaître le point de vue des protagonistes de ce fait social. En s’inspirant de questionnements propres à différentes disciplines (sociologie, anthropologie, histoire, psychologie, psychanalyse, philosophie...), la sociologie clinique interroge et, avant tout, écoute ces sujetsacteurs au moyen d’entretiens non directifs ; elle progresse par « co-construction » : à chaque étape de la recherche, l’analyse et la synthèse des témoignages sont soumis aux interviewés pour ajustement. Cette approche nécessite, pour le chercheur, de connaître l’histoire de personnes homosexuelles qui désirent avoir un enfant et d’entrer « dans leur monde » pour comprendre ce désir et les freins que celui-ci rencontre.

Une particularité occidentale

Le terme homoparentalité, relatif à toute famille dont un parent au moins est homosexuel, a été créé en 1997 par l’APGL (Association des parents gays et lesbiens). Cette désignation, qui réfère à une orientation sexuelle, témoigne d’un écart à la norme sociale voulant qu’un enfant ait pour parents une femme et un homme. Les récits du parcours et du projet parental des protagonistes révèlent le poids du modèle familial institué par la sacralisation du mariage par l’Église catholique romaine au XIIe siècle1 ; cette union fondée sur le couple hétérosexuel a dès lors réservé la sexualité à ce couple, en vue de la procréation, les géniteurs mariés d’un enfant étant les seuls à pouvoir être considérés comme ses parents. On peut qualifier ce modèle de « bio-conjugal » car il rend indissociables les dimensions biologique et conjugale de la parentalité, alors que d’autres sociétés, notamment en Afrique et en Asie, ont articulé différemment sexualité, conjugalité et parentalité.

L’homoparentalité apparaît comme un prolongement logique des transformations de notre société : l’émergence des familles monoparentales ou recomposées, qui disjoignent conjugalité et parentalité ; la reconnaissance du couple homosexuel par le Pacs en 1999 ; la libération des moeurs, qui a contribué à séparer sexualité et procréation (autorisation de la contraception chimique, dépénalisation et démédicalisation de l’homosexualité...) ; la procréation assistée ; le rapprochement des fonctions ou compétences des pères et des mères, etc. Ces évolutions sont propices aux projets d’homoparentalité ; néanmoins ceux-ci rencontrent encore trois obstacles majeurs chez les personnes homosexuelles.

Le premier obstacle est la « désapprobation sociale intériorisée », un frein psychique dû à l’hostilité d’autrui envers l’homosexualité. On peut s’en émanciper par un travail psychothérapique, par une formation ou une expérience personnelle telle qu’un voyage à l’étranger qui fait découvrir la diversité des normes sociales et culturelles, ou grâce à une association qui permet de retrouver une appartenance sociale et de transformer la honte en fierté, mais parfois le projet parental ou sa réalisation rencontre la réprobation de la communauté gay qui milite pour le développement d’un style de vie en opposition avec les normes hétérosexuelles.

Avoir un enfant constitue une autre difficulté fréquente, commune aux couples de même sexe, aux célibataires et aux couples stériles. Outre l’adoption, l’insémination avec donneur de sperme et la gestation pour autrui, un moyen d’y parvenir est la coparentalité : une femme lesbienne et un homme gay conçoivent ensemble un enfant et négocient l’exercice de leurs parentalités respectives.

La troisième entrave est le cadre juridique. En France, l’homoparentalité n’est pas reconnue (sauf exception, seuls les géniteurs ont le statut juridique de parent) ; l’adoption n’est possible que pour un couple marié ou un célibataire de 28 ans au moins (dont l’éventuelle homosexualité constitue parfois un motif de refus) ; la gestation pour autrui est interdite et l’insémination assistée n’est autorisée que pour un couple hétérosexuel.

Parent avant tout

Le désir d’enfant vainc souvent ces contraintes. Il fait l’objet, chez les intéressés, d’une introspection particulièrement approfondie, d’un projet mûrement réfléchi. Lorsque l’enfant est là, la pratique et le bonheur de la parentalité estompent largement le caractère atypique de la configuration familiale. En outre, les études menées en psychologie du développement pour évaluer l’influence d’un cadre homoparental sur les caractéristiques des enfants (notamment leurs conduites sexuelles) tendent à conclure que cette influence n’est pas significative.2

Il apparaît finalement que l’homosexualité ne conditionne ni les relations parents-enfant ni le développement de l’enfant autrement que par le jugement des tiers fondé sur des raisons morales ou symboliques.

1. L’hétérosexualité comme fait social par Nicolas Boileau

2. Homoparentalité et développement de l’enfant : bilan de trente ans de publications par Olivier Vecho et le site de l' Association des Parents Gays et Lesbiens

En complément...

• Foucault, Michel, Histoire de la sexualité. 1. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976

• Godelier, Maurice, La production des grands hommes : pouvoir et domination masculine chez les Baruya de Nouvelle-Guinée, Paris, Fayard, 1982

• Héritier, Françoise, Masculin/Féminin I, La pensée de la différence, Paris, Éd. Odile Jacob, 1996  

• Cai Hua, Une société sans père ni mari. Les Na de Chine, Paris, P.U.F., 1997 

• Nadaud, Stéphane, Homoparentalité : une nouvelle chance pour la famille ?, Paris, Fayard, 2002

• Cadoret, Anne, Des parents comme les autres : homosexualité et parenté, Paris, O. Jacob, 2002

• Vécho, Olivier, Homoparentalité et développement de l’enfant : bilan de trente ans de publications, La psychiatrie de l’enfant, 2005/1 (vol.48)

• Gratton, Emmanuel, L’homoparentalité au masculin, le désir d’enfant contre l’ordre social, Paris P.U.F., 2006

• Gratton, Emmanuel, Pour une co-construction socioclinique In La sociologie clinique, enjeux théoriques et méthodologiques, Paris, Eres, pp.251-268

• Descoutures, Virginie, Les mères lesbiennes, Paris, P.U.F., 2010

Têtes chercheuses ©2007 | mentions légales | contactez nous | page d'accueil | Réalisation : Intelliance 2007